vend. 30/09

Conférence internationale de l’ensemble des partenaires de la semaine

Innovations dans les politiques et les pratiques ?

Langues : français + néerlandais + anglais

Inscriptions et prises en charge (IFJ) en bas de page.

Au vu de la progression régulière de certaines formes d’addiction dans la société, le besoin d’innovation dans les approches et les interventions dans ce domaine est permanent. Ce besoin est exprimé tant par les acteurs du social et de la santé que par certains élus, confrontés aux enjeux contemporains de l’usage de drogues. Des pratiques innovantes dans divers aspects de la gestion du phénomène des drogues seront donc présentées lors de cette journée.

Cependant, l’innovation mérite aussi d’être questionnée en elle-même. D’une part, l’injonction permanente à l’innovation à tout prix s’apparente parfois à une fuite en avant face à la gravité du problème. De l’autre, les obstacles fréquents à la mise en place et/ou à la pérennisation de certaines pratiques innovantes, dont l’efficacité est pourtant démontrée, questionnent un certain conservatisme politique en matière de drogues. Entre les deux, c’est la santé publique qui est en jeu. Les intervenant·e·s partageront leurs réflexions critiques sur cette double contrainte, et les élu·e·s seront interpellé·e·s à ce sujet.

Programme

8h30 Ouverture des portes et accueil

9h00 Introduction de la journée

9h15 Conférence plénière 1 : Dr Alex StevensA new, softer war on drugs? Risks and opportunities for drug policy innovation (Une nouvelle guerre aux drogues, plus douce ? Risques et opportunités d’une innovation de la politique drogues)

Professeur de droit pénal à l’université du Kent, membre et ancien président de l’International Society for the Study of Drug Policy, et ancien rédacteur en chef de l’International Journal of Drug Policy. Il a également été membre de l’Advisory Council on the Misuse of Drugs (ACMD, Royaume-Uni), dont il a démissionné en 2019 pour protester contre la politisation de cet organe. Il est l’auteur d’un livre intitulé « Drugs, Crime and Public Health: The Political Economy of Drug Policy ».

« Alex Stevens présentera des données résultant d’innovations en matière de politiques drogues sur le plan international, y compris la dépénalisation, la déjudiciarisation et la décriminalisation de la détention, et la légalisation et la réglementation de l’offre. Il soutiendra que ces développements peuvent contribuer à réduire certains des préjudices occasionnés par la prohibition des drogues, en particulier aux populations pauvres et racisées. Certains aspects de ces réformes peuvent cependant reproduire le contrôle social et les inégalités de la guerre aux drogues. Alex Stevens invitera l’auditoire à examiner les implications d’une ‘décriminalisation progressive’. »

10h00 Conférence plénière 2 : Dr Carl HartUsing drugs to contemplate liberty (L’usage de drogues comme démarche de liberté)

Professeur de psychologie et ancien président du département de psychologie à l’Université Columbia (New York), chercheur en neuropsychopharmacologie. Il est l’auteur de deux livres, « High Price » et « Drug Use for Grown-Ups ». Carl Hart est connu pour ses positions en faveur de la décriminalisation de l’usage de drogues et pour avoir reconnu être lui-même usager récréatif de diverses drogues.

« La plupart des pays garantissent à leurs citoyens le droit à la vie et à la liberté. Tant que les individus ne portent pas atteinte aux droits des autres, ils peuvent en théorie mener leur vie comme bon leur semble. En interdisant l’accès à certaines substances psychotropes ainsi que leur consommation, de nombreux pays violent ce droit fondamental de manière flagrante. Par conséquent, aucune politique drogues innovante n’est nécessaire. En réalité, il suffirait que les pays fassent en sorte que leurs pratiques correspondent à leurs promesses. En l’occurrence, cela peut être fait en réglementant juridiquement les drogues que recherchent les citoyens. »

10h45 Pause café

11h05 Quatre pratiques innovantes :

Dr Ben SessaThe use of psychedelics in addiction therapy (L’utilisation des psychédéliques dans la prise en charge des addictions)

Psychiatre pour enfants et adolescents. Il figure parmi les pionniers de la recherche sur les psychédéliques au Royaume-Uni. Il est formé à la psychothérapie assistée par psychédéliques, et occupe le poste de Chief Medical Officer chez Awakn Life Sciences, une entreprise de biotechnologie spécialisée en recherche et développement de soins assistés par des psychédéliques, en particulier dans le domaine des addictions.

« Un exposé sur l’histoire et la pharmacologie des thérapies psychédéliques en tant qu’outils pour traiter les addictions, en particulier la thérapie assistée par la MDMA pour le trouble d’usage d’alcool. Ben Sessa présentera également une introduction à la recherche psychédélique actuelle et aux traitements dans le domaine des addictions et d’autres troubles mentaux basés sur des psychothérapies assistées par la MDMA, la psilocybine et la kétamine. »

Dr Kathleen BeullensWhat role do social media play in the alcohol use of young people? (Quel est le rôle des réseaux sociaux dans la consommation d’alcool des jeunes ?)

Professeure à la Leuven School for Mass Communication Research. Ses recherches se concentrent sur les effets de la consommation de divers médias sur le bien-être psychosocial des enfants et adolescents, notamment en termes de santé et de conduites à risque (y compris la consommation d’alcool et de tabac).

« Sur les réseaux sociaux, les publications liées à l’alcool sont fréquentes. Que partagent les jeunes à ce sujet sur les médias sociaux, et quel est l’effet de ces publications ? Le type de plateforme a-t-il un impact sur le contenu de ces publications ? Quelle est le rôle des ‘influenceurs’ dans la perception de l’alcool ? »

Dr Charlie LloydUpholding the law: on the nature, impact and purpose of policing drug possession (Faire respecter la loi : la nature, l’impact et l’objectif de la répression de la possession de drogue)

Psychologue et criminologue, professeur de politique sociale et de droit pénal à l’université de York, où il effectue des recherches sur la consommation de drogues et d’alcool, et sur les réponses pénales à la consommation de drogues illégales.

« Cette intervention rapportera les conclusions de la première revue exhaustive de la littérature sur la répression de la détention de drogue, qui a examiné 55 publications pertinentes. Elle présentera des études sur les changements de politique drogues, sur l’impact de la répression de la détention de drogues, et sur les variabilités en matière de répression. Les données indiquent que la répression de la détention de drogues telle qu’elle est pratiquée au Royaume-Uni fait beaucoup plus de mal que de bien. Sur base de résultats obtenus aux États-Unis, la décriminalisation du cannabis au Royaume-Uni diminuerait probablement ces dommages – en particulier cet éternel fléau social qu’est la disproportionnalité raciale. »

Jochen SchrootenDrug policy for festivals: an innovative bottom-up approach to influence local stakeholders towards collaboration on substance use (Une stratégie drogues pour les festivals : une approche innovante et bottom-up visant à pousser les acteurs locaux à collaborer en matière d’usage de substances)

Criminologue et collaborateur au Vlaams expertisecentrum Alcohol en andere Drugs (VAD), où il est chargé de développer une stratégie de prévention de l’abus de substances en milieu festif. Il a une longue expérience de la réduction des risques dans les milieux festifs.

« La consommation d’alcool et d’autres drogues en festival est une réalité. La réponse habituelle des autorités et de la justice est la fermeté, dans l’espoir de réduire autant que possible l’usage de substances dans les festivals. Le VAD a développé une approche stratégique innovante visant à maîtriser l’usage de substances dans les festivals, basée sur le respect des festivaliers et sur la collaboration entre acteurs locaux. »

12h15 Déjeuner (non pris en charge par l’organisation)

13h30 Débat politique avec des représentants francophones et néerlandophones impliqués à divers niveaux de pouvoir dans la question des drogues.

Participant·e·s confirmé·e·s :

  • Frank Vandenbroucke (Vooruit), ministre des Affaires sociales et de la Santé publique ;
  • Vincent Van Quickenborne (Open VLD), ministre de la Justice ;
  • Alain Maron (Écolo), Commission communautaire commune et Commission communautaire française, membre de la CIM Santé [sous réserve].

15h30 Pause café

15h45 Sessions parallèles

  • Séminaires interactifs avec les 4 intervenant·e·s du matin ayant présenté les quatre pratiques innovantes
  • « Speed dating » avec les politiciens – NL & FR

17h00 Fin de la journée

Rejoindre l’événement Facebook (et invitez les collègues)

Informations pratiques

Date : Vendredi 30 septembre 2022

Lieu : Centre Flagey, Place Sainte-Croix, 1050 Bruxelles (accès)

Transports en commun : arrêt « Flagey »

Langues : interventions en anglais (avec traduction simultanée en français + néerlandais); débat politique en français et en néerlandais (avec traduction simultanée dans l’autre langue)

Prix : tarif « early bird » : 70€ (jusqu’au 1er juillet 2022) / tarif normal : 90€ / étudiant·e : 30€

Si le prix d’entrée constitue un obstacle, n’hésitez pas à nous contacter.

Prises en charge

Institut de Formation Judiciaire (IFJ)

L’IFJ prendra en charge les frais d’inscription des magistrats professionnels, stagiaires judiciaires et membres du personnel de l’ordre judiciaire, à condition qu’ils soient effectivement présents à la formation. L’IFJ ne prend pas en charge les frais éventuels des personnes qui s’inscrivent mais ne sont pas effectivement présentes.  Il est toutefois permis de se faire remplacer par un collègue qui signe la liste de présence mentionnant son nom et sa fonction à côté du nom du collègue remplacé. Si vous êtes éligible, entrez le code promo XPHBDUHGD dans le formulaire d’inscription.

Formulaire d’inscription :

Organisateurs :

FEDITO BXL, FEDITO Wallonne, Forum Addiction & Société, Smart On Drugs, #STOP1921, VAD.